L’histoire de la coopérative

La Fromagerie des Cévennes fait partie de l’histoire récente du pays
Dans les Cévennes, en 1950, l’élevage traditionnel du vers à soie, concurrencé par les produits chinois, vit ses dernières heures. La culture traditionnelle de châtaignes ne permet pas de maintenir une activité économique sur le territoire. Le manque de perspectives d’avenir pousse la jeune génération à quitter le pays pour aller tenter sa chance dans les villes. Le déclin économique entraîne l’exode rural…

 

« Ils quittent un à un le pays – Pour s’en aller gagner leur vie – Loin de la terre où ils sont nés…/…
Deux chèvres et puis quelques moutons – Une année bonne et l’autre non… »

(J. Ferrat, Album « la Montagne » 1964)

Une poignée d’agriculteurs décide de rester vivre dans ses Cévennes natales. Il leur faut pour cela créer une activité économique adaptée à ce territoire difficile, montagneux et isolé. Plusieurs solutions sont envisagées par le CETA, Centre d’Etudes des Techniques Agricoles, créé pour mener à bien le projet : culture des bulbes de glaïeuls, exploitation de la châtaigneraie…

Il faut que l’activité choisie puisse être exercée sur des parcelles de petite taille, dans des terrains en pente, où la culture intensive est impossible et la mécanisation impensable. La production de lait de chèvre est identifiée comme activité économique la plus appropriée à ce territoire.

A l’époque, la chèvre est déjà très présente dans les Cévennes. Chaque famille possède quelques têtes, pour sa propre consommation de lait, et surtout pour la production d’un petit fromage fabriqué par les femmes, le Pélardon.

Ces agriculteurs et agricultrices, qui ont travaillé pour trouver une activité économiquement viable, décident de continuer la route ensemble. Ils vont produire du lait de chèvre, et mettre en commun leurs moyens pour transformer ce lait et le valoriser. C’est ainsi que le 29 novembre 1959, la coopérative du Pélardon des Cévennes voit le jour à Moissac Vallée Française.

Les grandes dates de l’histoire de la fromagerie des Cévennes

 

1956

Création d’un centre d’études techniques agricoles (CETA) en Cévennes, pour trouver une activité agricole de substitution à la sériciculture.

1957

Création du Groupement Caprin de la Vallée Française dont l’objet est de développer l’élevage caprin.

1959

Création de coopérative fromagère « le Pélardon des Cévennes ». Première coopérative en Lozère.

1964

Création de la station caprine de testage. Elle sera pendant 40 ans un acteur important des programmes de recherche nationaux en matière d’élevage caprin au travers de thèmes tels que :

  • Le testage des boucs améliorateurs
  • Les protocoles d’insémination artificielle
  • La lutte contre le virus du CAEV
  • Le débit de traite
  • La caséine du lait (polymorphisme de la caséine Alpha S1)
  • La conduite du troupeau
  • Le contrôle laitier

1969

Acquisition d’un troupeau de 250 chèvres pour la station de testage.

1988

La Coopérative passe le cap du million de litres de lait collecté. 1990Le Pélardon devient populaire. De nombreux opérateurs concurrencent les producteurs de terroir. Les démarches pour l’obtention d’une AOC commencent, avec pour enjeu la sauvegarde de l’activité au pays.

1990

Le Pélardon devient populaire. De nombreux opérateurs concurrencent les producteurs de terroir. Les démarches pour l’obtention d’une AOC commencent, avec pour enjeu la sauvegarde de l’activité locale.

1995/99

Investissements et mise aux normes européennes de la fromagerie. Agrandissements : laverie, hâloirs, salle d’emballage.

2000

Création de l’AOC Pélardon. Abandon de la recette à partir de caillé pré-égoutté et conversion des fabrications vers le moulage à la louche. La coopérative «Le Pélardon des Cévennes» devient « la Fromagerie des Cévennes ». Elle obtient l’AOC.
Création du fromage le « Moissac des Cévennes » à partir de l’ancienne recette du Pélardon des Cévennes.

2001

Mise en place de l’HACCP (analyse des points critiques)et gestion de la qualité.

2003

Création du Seillou. 2004Création de la Parpaillote.

2004

Création de la tomme « La Parpaillote ».

2007

La station caprine est privatisée. Abandon des programmes de recherche.

2011

Obtention de l’Appellation d’Origine Protégée Pélardon et de la certification ISO 22000.

2012

Lancement du Pélardon AOP Bio et le La Parpaillote Bio.

2013

Audit de restructuration financière et organisationnelle.

2016-2020

Stratégie de diversification et de reconquête des volumes (collecte et ventes).
Investissements dans le process et la qualité.